Vendredi 14 avril 2023 à 20h30 –

Église Saint-Siffrein CARPENTRAS –

Dimanche 16 avril 2023 à 17h00 –

Collégiale Notre Dame des Anges ISLE SUR SORGUE –

REQUIEM et MESSA à 4 voix con orchestra dite MESSA DI GLORIA

Tout public –

Tarif normal : 18 € – carte jeunes: 10 € – gratuit pour les enfants –

Location : Office de Tourisme de Carpentras –

Espace Culturel Centre E.Leclerc Carpentras –

Renseignements : www.carpentras.fr –  www.choeurcarpentras.fr

Concert Puccini 2023

ŒUVRES INTERPRÉTÉES AU COURS DU CONCERT

REQUIEM composé en 1906 à l’occasion du quatrième anniversaire de la mort de G. Verdi

MESSA a 4 voci, con orchestra  connue sous le nom de MESSA DI GLORIA jouée pour la première fois à Lucques, enItalie, le 12 juillet 1880.

La Messa a 4 voix et orchestre de Giacomo Puccini, est la plus grande œuvre non lyrique du compositeur. Il termina la pièce à l’été 1880 (le Credo avait déjà été écrit et joué deux ans plus tôt), presque en même temps qu’il terminait ses études à l’Istituto musical «G. Pacini», une sorte d’école secondaire de musique située dans sa Lucca natale. L’intégrale a été créée le 12 juillet 1880 lors d’un service religieux pour la fête du saint patron de Lucques, San Paolino. A cette époque, Puccini était en fait destiné à devenir un musicien d’église locale comme ses ancêtres, qui avaient été directeurs de la musique de la ville et organistes de la cathédrale de Lucca pendant quatre générations. La grande majorité de leurs nombreuses compositions survivantes, presque toutes inédites, sont des œuvres sacrées. En quelque sorte, la Messa fonctionnait comme le certificat d’apprentissage du jeune Giacomo : il était destiné à démontrer qu’il était un digne héritier de son père Michele, qui avait dirigé l’Istituto musicale jusqu’à sa mort prématurée en 1864. Giacomo avait été choisi aussi pour succéder à son père à ce poste, et avait donc reçu, dès sa plus tendre enfance, une solide formation musicale, c’est-à-dire avant tout une formation de musicien d’église. Il n’est donc pas surprenant que quatre des sept œuvres qui subsistent de ses années d’école soient des compositions sacrées.

Puccini
Archivio Storico Ricordi, CC BY-SA 4.0 , via Wikimedia Commons

Malgré les éloges accordés à la Messa par le journal local, à peine Puccini avait-il obtenu son diplôme qu’il refusa de suivre la voie tracée pour lui par sa famille et les sommités de la ville. Il quitte Lucca pour poursuivre ses études à Milan dans le plus prestigieux conservatoire d’Italie et poursuivre un tout autre rêve : devenir compositeur d’opéra dans le sillage de son idole, Richard Wagner. Après quelques difficultés initiales, ce rêve est finalement devenu réalité. Il y a sûrement une touche d’ironie détachée dans le fait – et la manière – que Puccini a emprunté deux mouvements à la Messa pour les utiliser dans ses opéras ultérieurs : le Kyrie revient dans le premier acte d’Edgar (1885-1889) comme orgue morceau retentissant d’une église, et l’Agnus Dei se fait entendre dans le deuxième acte de Manon Lescaut (1889-1892) comme un « madrigal » historicisant. En d’autres termes, on peut dire que ces deux citations évoquent la musique du passé ; et sûrement le compositeur doit avoir pris un plaisir secret à savoir que personne dans l’auditoire n’aurait pu deviner leur véritable source (et autrefois très sérieusement voulue). La raison en était simple : la Messa n’avait pas été jouée depuis sa création et ne devait pas être entendue à nouveau du vivant du compositeur.

Sa première reprise, à Chicago, a dû attendre 72 ans jour pour jour après sa première originale. Cette performance doit son existence à la vénération pour Puccini d’un prêtre italo-américain nommé Dante Del Fiorentino, qui, jeune homme, avait fait la connaissance du compositeur alors âgé tout en servant brièvement comme vicaire au lieu de résidence de Puccini, Torre del Lago. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Del Fiorentino revisite sa Toscane natale et commence à collectionner les manuscrits de Puccini, surtout des centaines de lettres. Il a également acheté un vieux manuscrit de copiste de la Messa de la famille Vandini à Lucca, imaginant d’abord qu’il avait acheté la partition originale de Puccini. De retour en Amérique, il organise la publication de l’œuvre et son interprétation (en 1952). Ses efforts ont conduit à des années de querelles juridiques avec les héritiers de Puccini et l’éditeur du compositeur, Ricordi. Les différends ont finalement abouti à un compromis, les deux maisons d’édition se partageant les droits sur l’œuvre et gérant conjointement ses ventes. Depuis lors, le matériel de performance disponible pour la Messa a été principalement tiré du manuscrit de Del Fiorentino.

Au début des années 1970, alors que les altercations judiciaires se poursuivaient, la belle-fille de Puccini, Rita, mit la partition autographe alors en sa possession à la disposition de la Maison Ricordi à des fins de comparaison. Il en est résulté un certain nombre de modifications mineures dans la partition vocale et dans la partition de location de Ricordi ainsi que plusieurs annotations dans cette dernière, toutes faisant référence au «manoscritto auto grafo». Cependant, la révision était superficielle à bien des égards et a adhéré à la philosophie de base de la standardisation et de l’unification qui a caractérisé l’édition de 1952. Dans cette version, la Messa de Puccini a été jouée de nombreuses fois à travers le monde au cours des dernières décennies et est apparue sur plusieurs enregistrements.

La toute première édition critique, publiée (Nazionale delle Opere di Giacomo Puccini) est basée principalement sur la partition originale. Cela a conduit à plusieurs ruptures radicales avec le texte musical tel qu’il était connu auparavant et à un grand nombre de corrections mineures, notamment en ce qui concerne les marques d’expression. En même temps, la richesse des différentes nuances expressives que le jeune compositeur a cherché à atteindre dans des passages apparemment parallèles est surprenante et ne peuvent en aucun cas être traitées comme de simples erreurs passagères, comme on le présumait auparavant. Au contraire, à cet égard, la Messa donne un avant-goût de la subtilité et de la souplesse qui, bien que trop souvent ignorées dans les interprétations d’aujourd’hui, caractérisent le style de notation des opéras ultérieurs de Puccini. Cela fait de la Messa quelque chose de plus qu’un élément de jeunesse insignifiant qui ne doit son attrait qu’au nom célèbre par la suite de son auteur. La Messa de Puccini, il est vrai, s’inscrit dans la tradition non sans problème de la musique sacrée de la fin du XIXe siècle ; mais un examen plus approfondi de son texte original révèle une fraîcheur et une nonchalance, parfois un mélange presque insouciant d’artisanat traditionnel et d’effervescence juvénile, qui le font paraître moins dépassé qu’un signe avant-coureur des choses à venir.

Puccini est revenu à cette œuvre naissante plusieurs années plus tard, à un moment où il pensait qu’il devrait abandonner ses espoirs de carrière de compositeur d’opéra. Certes, après avoir obtenu son diplôme au Conservatoire, il réussit à obtenir un succès modeste avec son premier opéra, Le Villi. Mais son second, Edgar, n’a été créé que cinq ans plus tard, lorsqu’il a provoqué un véritable flop dans le plus prestigieux opéra d’Italie, La Scala de Milan, et a été abandonné après seulement trois représentations. Puccini a déployé d’autant plus d’efforts pour son troisième opéra, Manon Lescaut, s’accordant quatre ans pour l’achever et attachant enfin de l’importance à un livret dramatiquement et psychologiquement convaincant. Et surtout, il se familiarisa aussi avec les derniers opéras de Wagner. Mais encore une fois, la première, donnée à Turin le 1er février 1893, n’occasionna d’abord qu’un succès d’estime local, et aucun théâtre ne chercha à lui emboîter le pas. C’est probablement cette expérience décourageante, après une décennie infructueuse dans le domaine de l’opéra, qui a poussé Puccini à se remémorer ses origines moins spectaculaires. Au printemps 1893, peu après la création de Manon Lescaut, il entreprit de réviser certaines de ses pièces antérieures afin qu’elles aient au moins une chance d’être jouées. L’une de ces pièces était la Messa. Des traces de la révision de Puccini sont visibles dans la partition autographe : des instruments ont été ajoutés au « Gratias agimus » du Gloria (dont un nouveau postlude instrumental) et au Benedictus.

Puccini interrompit ses travaux peu de temps après lorsque Manon Les caut devint inopinément un hit actuel et fut monté non seulement en toutes les grandes maisons d’Italie mais aussi d’Amérique du Sud, d’Espagne, d’Allemagne et d’Angleterre. À partir de ce moment, Puccini était un compositeur d’opéra de renommée mondiale et n’avait plus besoin de se rappeler ses maigres débuts.